Maman

Parentalité consciente : définition, exemples et avantages

Rate this post

Vous avez des petits à la maison ? Si vous vous sentez un peu hors de contrôle et avez besoin de conseils supplémentaires, vous n’êtes pas seul.

Pourtant, entre tous les accidents de pot, les réveils matinaux, les disputes entre frères et sœurs et l’attente dans la file d’attente pour le ramassage préscolaire, soyons honnêtes – vous avez probablement peu d’énergie pour lire des livres parentaux pleins de conseils.

En même temps, la pleine conscience est à la mode, et certaines personnes l’intègrent dans leur philosophie parentale. Cette stratégie utile n’est peut-être pas une si mauvaise idée – nous allons donc vous donner un bref aperçu de la parentalité consciente et pourquoi il peut être utile de prendre un moment supplémentaire pour respirer la prochaine fois que vous serez confronté à une situation plus que frustrante.

En soi, la pleine conscience est une pratique de vivre dans l’instant. Cela signifie que vous savez où vous vous trouvez dans le monde, ce que vous pensez et comment vous vous sentez à l’intérieur et à l’extérieur.

Non seulement cela, mais la pleine conscience consiste également à regarder le monde – votre monde – avec moins de jugement et plus d’acceptation. L’idée d’amener la conscience au moment présent est au cœur de la méditation bouddhiste, et elle est pratiquée et étudiée depuis des siècles.

L’idée de pleine conscience parentalité existe spécifiquement depuis 1997. Essentiellement, il applique les principes de la pleine conscience aux nombreuses situations de votre famille qui peuvent parfois sembler un peu folles.

L’objectif d’amener la pleine conscience à la parentalité est de répondre de manière réfléchie aux comportements ou aux actions de votre enfant plutôt que de simplement réagir. Vous travaillez pour que votre enfant soit accepté et, par conséquent, pour vous-même. Entretenir votre relation de cette manière peut aider à renforcer votre lien et vous apporter d’autres avantages.

Cela ne veut pas dire qu’être un parent conscient signifie toujours penser positivement.

Nous allons vous confier un petit secret – la parentalité ne sera jamais que du soleil et des sourires et les enfants mangent ce que vous avez préparé pour le dîner sans se plaindre.

Au lieu de cela, il s’agit de vraiment s’engager dans le moment présent et de ne pas laisser les émotions ou les traumatismes du passé ou du futur colorer votre expérience ou, plus important encore, votre réaction. Vous pouvez toujours répondre avec colère ou frustration, mais cela vient d’un endroit plus informé que purement automatique.

Une grande partie de ce que vous pourriez trouver écrit sur la parentalité consciente se concentre sur trois qualités principales :

  • conscience et attention au moment présent
  • intentionnalité et compréhension du comportement
  • attitude – sans jugement, compatissante, acceptante – en réponse

Tout cela semble bien, mais qu’est-ce que cela signifie exactement?

Pour le décomposer encore plus, la plupart des idées de parentalité consciente impliquent ces compétences:

  • Écoute. Ça signifie vraiment écouter et observer avec toute votre attention. Cela peut demander énormément de patience et de pratique. Et l’écoute s’étend à l’environnement. Prenez tout – les images, les odeurs, les sons – autour de vous et de votre enfant.
  • Acceptation sans jugement. C’est aborder la situation sans porter de jugement sur vos sentiments ou sur les sentiments de votre enfant. Qu’est-ce que c’est tout simplement est. Le non-jugement implique également de laisser tomber les attentes irréalistes de votre enfant. Et, en fin de compte, c’est cette acceptation de « ce qui est » qui est le but.
  • Conscience émotionnelle. La sensibilisation aux interactions parentales s’étend du parent à l’enfant et inversement. La modélisation de la conscience émotionnelle est essentielle pour apprendre à votre enfant à faire de même. Il y a toujours des émotions affectant les situations, qu’elles se soient formées il y a longtemps ou qu’elles soient plus éphémères.
  • Autorégulation. Cela signifie ne pas laisser vos émotions déclencher des réactions immédiates, comme des cris ou d’autres comportements automatiques. En bref : C’est réfléchir avant d’agir pour éviter de sur-réagir.
  • Compassion. Encore une fois, vous pouvez ne pas être d’accord avec les actions ou les pensées de votre enfant, mais la parentalité consciente encourage les parents à faire preuve de compassion. Cela implique d’être empathique et de comprendre la position de l’enfant dans le moment. La compassion s’étend également au parent, car il y a finalement moins de culpabilité si une situation ne se déroule pas comme vous l’espériez.

Connexes: Generation snap: Être parent comme un pro à l’ère numérique

Il existe une multitude d’études qui ont examiné les avantages possibles liés à la pleine conscience et à la parentalité consciente. Pour les parents, ces avantages peuvent inclure la réduction du stress et des troubles de l’humeur, comme la dépression et l’anxiété.

  Pourquoi votre bébé a besoin d'un humidificateur d’air

Un petit étude 2008 ont même exploré ces avantages pour les femmes enceintes au cours de leur troisième trimestre. (Oui ! Vous pouvez en bénéficier avant que la parentalité ne commence vraiment !) Les femmes qui se sont engagées dans la pleine conscience avaient beaucoup moins d’anxiété et ont signalé moins de cas d’humeurs négatives.

Encore un autre étude ont montré que cet avantage peut s’étendre au bien-être général des parents et de la famille. Comment? L’ajout d’une formation à la pleine conscience à un programme parental existant semble renforcer la relation parent-enfant.

Dans cette étude particulière, c’était pendant l’adolescence, quand les choses peuvent être particulièrement turbulentes. Les chercheurs partagent que les améliorations peuvent être dues à la capacité du parent à “réagir de manière constructive” aux facteurs de stress à mesure qu’ils surviennent plutôt qu’à réagir et potentiellement aliéner leur enfant.

Pour les enfants, une parentalité consciente peut aider à la prise de décision sociale. Des chercheurs a récemment découvert un lien avec la prise de décision et la régulation émotionnelle. Ainsi, la compréhension et l’acceptation des émotions que ce type de parentalité favorise peuvent aider les enfants à travailler sur cette importante compétence de vie dès leur plus jeune âge.

La parentalité consciente peut même réduire les mauvais traitements potentiels, comme la violence physique. UN étude 2007 ont montré certaines réductions de la maltraitance des enfants chez les parents qui ont utilisé différentes stratégies de pleine conscience. Non seulement cela, mais les attitudes parentales se sont également améliorées. Tout comme les problèmes de comportement des enfants. C’est un gagnant-gagnant-gagnant.

Autre potentiel avantages:

  • améliore la communication parent-enfant
  • réduit les symptômes de l’hyperactivité
  • améliore la satisfaction parentale
  • diminue l’agressivité
  • réduit les sentiments de dépression
  • diminue le stress et l’anxiété
  • favorise une plus grande implication des parents dans l’ensemble
  • donne aux parents l’impression que cela demande moins d’efforts

Connexe : Que voulez-vous savoir sur la parentalité ?

Alors, à quoi ressemble la parentalité consciente en action ? Découvrez ces exemples de la façon dont cela peut influencer votre approche des défis parentaux.

Bébé ne dort pas ?

Prenez un moment pour respirer. Vous pouvez trouver vos pensées errantes dans toutes les nuits précédentes lorsque votre tout-petit a résisté au sommeil. Vous craignez peut-être qu’il ne dorme plus jamais ou que vous n’ayez jamais de temps pour vous. Vos émotions peuvent faire boule de neige. Mais, encore une fois, respirez. Vous êtes dedans. Et vous avez ceci.

Faites une pause pour comprendre vos émotions, qui sont toutes normales. Vous sentez-vous en colère ou frustré ? Reconnaissez-le sans vous juger. Faites une nouvelle pause pour comprendre et accepter que de nombreux bébés ont du mal à dormir toute la nuit et que cette nuit ne signifie pas tous nuit pour le reste de la vie.

Un tout-petit fait une crise de colère au magasin ?

Jetez un coup d’œil autour de vous. Bien que leur comportement puisse sembler embarrassant ou déclencher d’autres émotions négatives, soyez dans l’instant présent.

Si vous regardez autour de vous, vous verrez probablement que, avec les étrangers dont les regards peuvent vous stresser (ignore les!), les tentations sont nombreuses pour votre enfant au magasin. Peut-être qu’ils veulent un certain jouet ou bonbon. Peut-être qu’ils sont fatigués après une journée de shopping ou qu’ils ont raté une sieste.

Avant d’attraper votre tout-petit et de sortir en trombe du magasin, essayez d’observer la racine de ce qui se passe. Acceptez que les enfants puissent devenir incontrôlables lorsqu’il y a des friandises en jeu ou lorsqu’ils sont trop fatigués. Acceptez qu’ils soient probablement confrontés à de très grosses émotions qui leur sont propres. Et acceptez que même si les étrangers peuvent vous regarder, votre enfant n’essaie pas de vous embarrasser. (Mais non. Cela ne signifie pas que vous devez acheter cette poupée parlante à 100 $.)

Enfant refusant de manger ?

Les nouveau-nés ont tendance à avaler avec impatience le lait maternel ou le lait maternisé comme s’il se démodait. Mais à un moment donné – et cela arrive à tout le monde finalement – ​​votre enfant va refuser de manger ce délicieux repas maison que vous avez préparé. Et votre tentation sera de le prendre personnellement et, eh bien, de réagir.

Au lieu de cela, respirez profondément, rappelez-vous que vous êtes un bon cuisinier et réfléchissez à ce que votre enfant peut ressentir. Peut-être ressentent-ils une certaine appréhension face à un nouveau goût ou une nouvelle texture. Peut-être qu’ils se souviennent d’un moment où un aliment d’une certaine couleur les a rendus malades et associent maintenant tous les aliments de cette couleur à la maladie. Ridicule? Pas à un nouveau mangeur.

  Comment choisir un prénom pour un enfant ?

Après vous être mis à leur place et avoir réfléchi à la situation avec empathie, discutez avec eux de ce qu’ils ressentent et pourquoi ils ont besoin de manger. Établissez une routine où ils ont des choix alimentaires (entre des options saines — car soyons honnêtes, entre les épinards et le gâteau, qui ne serait pas choisir un gâteau ?) et modélisez en train d’essayer de nouvelles choses pour qu’ils vous voient manger consciemment – plutôt que de réagir avant de penser.

Sur le même sujet : Pourquoi il est temps de briser le mythe de la mère parfaite

Alors, qu’est-ce qui distingue la parentalité consciente des autres styles de parentalité ? Eh bien, il ne s’agit pas tellement Faire quelque chose de particulier car il s’agit de prendre le temps de simplement être. Si cela vous semble un peu étrange, ne vous inquiétez pas. C’est définitivement un changement d’état d’esprit qui peut prendre un certain temps à comprendre.

D’autres styles parentaux ont tendance à se concentrer sur la façon d’aborder ceci ou cela, ou sur des stratégies pour faire face à certains comportements ou actions. La parentalité consciente consiste essentiellement à prendre du recul et à ralentir.

Il s’agit de remplir la tasse du parent et de reconnaître les émotions internes ou les stimuli extérieurs qui peuvent avoir un impact sur le moment. Et il s’agit d’accepter les émotions positives et négatives au fur et à mesure qu’elles surviennent plutôt que d’aller à contre-courant pour accomplir un certain résultat.

Au fond, la parentalité consciente honore l’expérience de l’enfance et prend le temps de voir le monde à travers les yeux de votre enfant. Les enfants, surtout les plus jeunes, vivent naturellement dans l’instant.

Alors que d’autres styles parentaux consistent davantage à enseigner aux enfants la structure et la routine ou le bien et le mal, la pleine conscience témoigne de leur capacité innée à être présent. L’objectif final est de donner à votre enfant les outils nécessaires pour gérer ses propres facteurs de stress de manière plus consciente.

En relation: Les meilleurs blogs de mamans de 2019

Vous n’avez pas besoin de changer tout votre style de vie pour commencer à pratiquer des stratégies de pleine conscience aujourd’hui.

  • Ouvre tes yeux, au propre comme au figuré. Faites attention à votre environnement et à ce que vous ressentez à l’intérieur et à l’extérieur. Appréciez les choses avec tous vos sens : le toucher, l’ouïe, la vue, l’odorat et le goût.
  • Soyez dans l’instant. Résistez à vivre dans le passé ou à planifier trop intensément l’avenir. Trouvez le bien dans ce qui se passe en ce moment, juste devant vous.
  • Pratiquez l’acceptation. Faites de votre mieux pour accepter les émotions et les actions de votre enfant, même lorsqu’elles vous frustrent. (Et étendez cette acceptation à vous-même.)
  • Respirer. Un moment de crise ? Concentrez-vous sur votre respiration. Inspirez profondément, remplissez vos poumons d’air et gardez votre esprit sur votre respiration. Expirez et sentez votre souffle entrer et sortir de votre corps. Encouragez également votre enfant à respirer pendant les moments difficiles.
  • Méditer. Se concentrer sur la respiration est une grande partie de la méditation. Vous n’avez qu’à vous réserver quelques minutes chaque jour pour vraiment vous connecter avec vous-même. Consultez YouTube pour des exercices de pleine conscience gratuits. Cette méditation guidée de 10 minutes de The Honest Guys a plus de 7,5 millions de vues et des tonnes de commentaires positifs. Vous pouvez même trouver des pratiques pour les enfants. New Horizon propose des centaines d’exercices de pleine conscience et de relaxation pour les enfants de tous âges.

La prochaine fois que vous vous retrouverez dans une situation parentale où vous pensez que vous risquez d’exploser, prenez un moment pour faire une pause. Inspirez profondément puis expirez complètement. Imprégnez-vous de vos sentiments, de votre environnement et de l’expérience de votre enfant. Et puis travaillez vers l’acceptation en ce moment sans vous perdre dans des pensées du passé ou du futur.

Vous ne réussirez peut-être pas à être parfaitement conscient les premières fois que vous essayez cette nouvelle méthode parentale. Et c’est OK d’être sceptique. Mais, après un certain temps, vous constaterez peut-être que prendre un moment pour faire une pause avant de réagir diminue votre propre stress et a un impact positif sur votre enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.